Les sociétés propriétaires des plus grands panneaux d'affichage au Canada refusent d'imprimer un ancien symbole religieux

jeudi 10 juillet 2014 - 01:25:43
MONTRÉAL, le 9 juillet 2014 - Récemment, les propriétaires de panneaux publicitaires géants, au Canada, ont refusé la Campagne de réhabilitation du Swastika des raëliens en donnant pour raison: « Même si nous pouvons comprendre que votre groupe a une perspective unique sur le swastika, votre point de vue ne peut être compris que lorsque nous allons sur votre site Web. Pour bien des gens, cette bannière sera considérée comme offensive et incendiaire. Pour cette raison, nous ne la publierons pas. »

Marc Rivard, porte-parole pour cette campagne, souligne : « C'est le serpent qui se mord la queue. Comment la population peut-elle être rééduquée à ce sujet si personne (à l'instar de cette société d'affichage) n'accepte de montrer aux gens la vérité sur le swastika? Cela prouve qu'il y a encore beaucoup à faire pour réhabiliter cet ancien symbole religieux. L'objectif de cette campagne est de permettre au swastika de retrouver sa véritable signification de paix et d'harmonie, quoi que cet antique symbole ait été malheureusement usurpé par les nazis. Si nous devons interdire tout symbole utilisé pour inciter les gens à la violence, alors nous devrons également interdire le crucifix. Les croisades ainsi que le KKK (et autres organisations) ont clairement utilisé le crucifix pour promouvoir la violence, pourtant personne encore ne demande qu'on interdise la croix. »

Les raëliens poursuivent avec ce qu'ils appellent annuellement la "Campagne de réhabilitation du Swastika", soulignée par des événements incluant des manifestations publiques et des marches dans les rues. Ils ne sont pas surpris de rencontrer de la résistance, disent-ils, puisque cette résistance prouve simplement la nécessité de sensibiliser la population sur la véritable signification du swastika.

M. Rivard nous explique : « Nous avons beaucoup de compassion pour ceux qui ont souffert des atrocités du nazisme auquel le swastika est malheureusement associé et nous comprenons que ce symbole puisse être offensant pour eux. Mais que dire des églises dont la croix est le symbole et qui n'est rien d'autre que la représentation de ce qui a servi, en cette époque barbare, à torturer Jésus, tout comme des milliers de ses contemporains? Que dire des panneaux publicitaires des Forces armées canadiennes qui servent à la promotion de la guerre et de la violence institutionnalisée? N'est-ce pas offensant pour une partie de la population? Bien sûr! Pourtant on en permet la diffusion puisque c'est politiquement correct. »

Les raëliens ont souvent été interrogés sur leur symbole dans lequel un swastika est entrelacé avec deux triangles superposés qui forment une étoile à six branches (l'étoile de David). M. Rivard précise : « Bien que parfois certaines personnes sont perturbées de voir un swastika entrelacé avec une étoile de David, lorsque nous leur expliquons qu'il est utilisé depuis des millénaires et qu'il est encore utilisé aujourd'hui par de nombreux groupes religieux pacifiques, en particulier en Asie, ces gens regardent notre symbole d'une manière bien différente. »

Plus de 1 000 000 000 (1 milliard) de personnes utilisent le swastika dans son contexte original de paix et d'harmonie - principalement en Asie.

« Personne ne devrait être surpris de voir le swastika comme un symbole vénéré par de nombreux groupes religieux », poursuit Marc Rivard, « parce qu'il fait partie du symbole qui nous a été donné par les Elohim, ces scientifiques humains d'une autre planète qui nous ont créés et qui ont inspiré toutes les religions sur terre. Ils ont transmis ce symbole à RAEL lors de leur rencontre en 1973 (voir www.rael.org), tout comme ils l'avaient donné à tous les prophètes du passé. C'est pourquoi nous retrouvons des traces de ce symbole sur tous les continents et dans toutes les cultures, non seulement en Asie avec les bouddhistes et les hindous, mais en Amérique avec les Premières Nations et les Aztèques; en Europe avec les Celtes et les Grecs; et même en Israël, où vous pouvez le voir dans quelques temples! Les Elohim, ces scientifiques venus d'une autre planète et qui ont créé toute vie sur Terre il y a des milliers d'années, ont expliqué à RAEL que le swastika représente l'infini dans le temps, un concept très important qui est essentiel à la philosophie raëlienne. »

M. Rivard conclut en soulignant : « Bien des développements similaires ont sombré dans l'oubli au cours de l'histoire de l'humanité. La stigmatisation associée au swastika passera elle aussi éventuellement, et c'est pourquoi nous souhaitons aujourd'hui permettre au public de comprendre ce que représente véritablement le swastika. Une simple visite sur le site proswastika permettra à plusieurs de constater avec étonnement l'inexactitude de leur perception du swastika. »

Au Canada, ainsi que dans le monde entier, la Semaine mondiale de réhabilitation du Swastika se tiendra du 5 au 12 juillet et elle sera célébrée par des marches publiques et des activités d'information.
Version imprimable